Imprimer

C'est en 2001 que j'ai cofondé Phanie, Centre del'Ethnologie et de l'Image avec Jean Arlaud, Annie Mercier et Laurence Frydman

Depuis 2011 je suis maître de conférences à l'Université d'Evry, rattachée à l'axe de recherche Image et Société du Centre Pierre Naville. J'enseigne la sociologie filmique dans le master Image et Société de l'Université d'Evry et la communication au département Gestion Logistique et Transport de l'IUT d'Evry.

Mon approche mêle constamment questionnement de sciences sociales et expérimentation technique. Il s'agit de questionner des sujets de sciences sociales avec des méthodologies audiovisuelles et classique afin de mettre en tension observations de terrain et théorie sociologique.

A la suite d’une formation initiale en management et gestion appliquées à l’hôtellerie, j’ai décidé d’entamer un parcours universitaire. J’ai ainsi étudié les cultures anglaise et américaine, la littérature britannique, avant de me tourner vers l’ethnologie et les écritures numériques. Durant mes études, j’ai occupé des postes très divers qui m’ont donné une expérience de différents métiers : réceptionniste d’hôtel, chargée de communication, chargée d’études qualitatives, correctrice, traductrice, maquettiste, pigiste… Ces expériences, loin d’être dissociées, m’ont toutes procuré des compétences complémentaires, un regard sur différents milieux professionnels.

A la même époque, les technologies numériques se développaient et devenaient accessibles au grand public. Dès 1987, j’ai commencé à m’équiper et à explorer les possibilités liées à chaque génération de systèmes. J’étais stimulée en cela par ma fréquentation de musiciens et de graphistes qui travaillaient sur ordinateur.

Peu de temps après la soutenance de ma thèse, j’ai été recrutée comme coordinatrice du Laboratoire d’Anthropologie Visuelle et Sonore du Monde Contemporain de l’Université de Paris 7. Au départ, j’ai mis mes qualités organisationnelles au service de l’équipe de chercheurs : rédaction des rapports, rédaction des documents administratifs, gestion des budgets, etc.

Très vite, j’ai été sollicitée par les étudiants du laboratoire sur des questions anthropologiques et j’ai pris goût à la pédagogie. C’est ainsi que quelques années plus tard, parallèlement à la coordination de l’équipe, j’ai enseigné en maîtrise d’ethnologie et dirigé des travaux.

Après la disparition du laboratoire et la fermeture du département d’ethnologie de l’Université de Paris 7, avec plusieurs chercheurs et anciens étudiants, nous avons décidé de poursuivre notre cheminement commun, d'ouvrir notre équipe à d'autres personnes partageant nos préoccupations autour de Phanie.

C’est à ce moment là que j’ai repris mon approche expérimentale des technologies numériques appliquées aux sciences humaines. Ce thème constitue à l’heure actuelle le sujet majeur de mes recherches. Jusqu'à sa disparition, j'ai travaillé dans un dialogue permanent entre expérience filmique et expérimentations transmedia avec Jean Arlaud.

Depuis 2010, j'ai réorienté mes recherches vers la sociologie filmique. Ce tournant me permet de concentrer mon travail autour de ce qui m'a amenée aux sciences sociales filmiques : la restitution d'une observation et les questionnements que cela soulève face à la théorie

Depuis plus de quinze ans, le pays cajun de Louisiane constitue parallèlement mon terrain privilégié d’observation où je me rends très régulièrement.

Haut de la page de Christine Dole - Louveau de la Guigneraye