Imprimer

Né en Algérie, je fréquente l’école coranique de mon village.
J’arrive en France à l’âge de 12 ans.

Un parcours d'autodidacte

Suivant les cours du soir de l’I.P.S.T. Institut de promotion supérieur du travail, où je prépare un diplôme de chimiste à Marseille. Je travaille dans plusieurs branches : livreur de glaces à rafraîchir, apprenti chaudronnier, plâtrier dans le bâtiment, ouvrier dans une savonnerie, skipper en méditerranée…
Licencié après les grèves de Mai 68 du laboratoire d’essais (chimie, fac de St Charles), je « monte » à Paris où je m’inscris au Centre expérimental de Vincennes, devenu université Paris VIII.

L'engagement dans la sociologie et le cinéma

Dans l’effervescence de l’époque, j’étudie la sociologie, Licence, Maîtrise, DEA…
Je rencontre dans les années 70 Henri Alekan, Jacques Espagne, Joris Ivens, Daniel Defert et tant d’autres… Grâce à ces rencontres, le cinéma devient pour moi l’outil idéal qui permet d’articuler le fait historique et le fait sociologique.
Je fais à la cinémathèque d’Alger une rencontre mémorable avec Jean Arlaud où nous présentions nos films… Nous nous perdons de vue… nous nous croisons au fil des années… puis nous retrouvons.

Haut de la page de Toufik Senoussi